Fais Dix Vers – Semaine #4

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Quatrième semaine de « Fais Dix Vers », et j’ai toujours autant de plaisir à relever ce défi chaque jour avec vous ! D’ailleurs, cette semaine, deux mots ont été proposés par vous et les autres ont été dictés par les circonstances ! On retrouve des histoires, des textes un peu plus bruts, et j’apprécie vraiment pouvoir varier ainsi les styles d’un jour à l’autre.

Il est temps de (re)découvrir les textes de la semaine !

Lundi 04/05/2020 : Baldaquin

Un mot proposé par Clothilde sur instagram. Un mot avec une jolie sonorité dont j’ai voulu faire la clé d’une petite histoire que j’ai situé en Italie… Pour des raisons de versifications avant tout !

Un magistrat, dans la ville de Saint Thomas,
Décida, après la mort de sa femme qu’il aima,
Que sa fille devait maintenant se marier,
Que sa famille attendait d’elle un nouvel héritier,
Dès qu’elle le sut, elle refusa de quitter le lit,
Les médecins diagnostiquèrent hystérie et folie,
Conseillèrent, pour soigner ses humeurs, de lui organiser une fête,
Lors de laquelle alliances et promesses pourraient être faites,
Les coquins, les taquins, les faquins, se pressèrent au bal d’Aquin,
Celle qui ne voulait être la belle d’aucun, s’enfuit d’une corde de baldaquins

Mardi 05/05/2020 : Retour à la normale

Retour en plein dans l’actualité avec cette notion de « retour à la normale ». J’ai eu envie de faire un texte un peu plus brut, plus engagé et plus ancré dans le réel qu’à mon habitude.

Vois que les bonnes actions ne se trouvent vraiment qu’en bourse,
Que tu peux polluer détruire, et demander qu’on te rembourse,
Vois les actionnaires et les dividendes qu’ils s’accordent,
Regarde ce paysan qui finira au bout de sa corde,
Étudie ces idéaux auxquels le monde entier a cru,
Ceux qui mènent un monde aux inégalités accrues,
Quand ce ne sont plus les gens qui produisent eux-mêmes l’argent,
Mais l’argent lui même, alors tout le système est dérangeant,
Vois que le monde… allait et va fort mal,
Alors dis moi, aujourd’hui, qui veut d’un retour à la normale ?

Mercredi 06/05/2020 : Aulas

Tout le problème de vous demander des mots « thème », c’est qu’après vous en donnez ! Et mercredi, c’est Thomas qui m’a donné le mot Aulas, comme Jean-Michel ! Je ne suis pas très foot, donc je connais le bonhomme de nom, et je me souvenais que Lyon avait été au sommet de la ligue 1 pendant les années 2000. J’ai donc construit tout ce texte autour l’idée d’enchainer un moment sept titres (de roman) dans le texte, sans aller chercher des titres ou des auteurs trop « méconnus » qui auraient pu être jugés comme un refus d’obstacle. Ensuite, j’ai essayé de garder la thématique footballistique.

De grandes espérances est un roman de Charles Dickens.
La Débâcle est un roman d’Emile Zola
L’homme assis dans le couloir est un roman de Marguerite Duras
La blessure, la vraie est un roman de François Bégaudeau, adapté au cinéma par Abdellatif Kechiche
La cicatrice est un roman de Bruce Lowery, peut-être le moins connu des sept, mais ce livre a hanté ma bibliothèque pendant très longtemps, il m’a donc marqué, à sa façon !
Le procès est un roman de Franz Kafka
L’assommoir est un roman d’Emile Zola.

Ca a été un défi hyper plaisant de devoir travailler sur un sujet que je ne maîtrisais pas et que, jamais, je n’aurais moi-même choisi ! D’où l’idée que vous me proposiez vos thèmes !

J’veux terminer ce texte, comme Aulas le championnat,
J’étais joueur, jeune espoir, recruté en pensionnat,
Une deux dans la surface, dribble, reprise, le tir manque la lucarne,
Pas d’Europa, fin du contrat, ce n’est plus le futur que j’incarne,
C’est à l’olympique lyonnais que je reviens aux affaires,
Ce n’est que le début de ma descente aux enfers,
De grandes espérances, la Débâcle, l’Homme assis dans le couloir,
La Blessure, la vraie, la Cicatrice, le Procès, l’Assommoir,
Discrètement, j’fais comme l’OL en 2008,
Je viens juste d’enchaîner sept titres de suite.

Jeudi 07/05/2020 : Première Partie

La semaine dernière, je vous parlais de l’appel de Fabien Olicard pour faire la première partie de son spectacle diffusé en direct sur de nombreuses plateformes internet. J’avais envoyé un texte, qui n’a pas été retenu (j’imagine pour plein de raisons, beaucoup de choses n’allaient pas). J’avais envie de faire quelque chose de ce texte, car tout n’était pas à jeter dedans, alors j’ai profité du jour du spectacle pour faire un « Fais Dix Vers » sur le thème, en reprenant quelques vers du texte envoyé.

Ok, c’est vrai, je voulais faire cette première partie,
De la répartie, bien répartie, et puis j’serai reparti,
Mais moi et mon matos, on était trop “stress”, “pression”,
Vous analysiez tous nos micros expressions,
Alors moi et mon mic’ on s’maquillait, pour pas qu’il y ait,
Des phases de faille de taille qui s’écaillent en bataille, écarquillés,
Malgré ça, ma mémoire était aussi trouée que de l’emmental,
Mon talent éclaté, mentalement j’ai craqué, j’m’étalais au mental,
Honnêtement, pour cette première partie, j’pouvais pas faire l’affaire,
J’adresse toutes mes félicitations à Zapata, qui va la faire.

Vendredi 08/05/2020 : Armistice

Le 8 mai, l’armistice, je n’avais pas envie de traiter un autre thème. Et j’avais envie de repartir sur un « Fais Dix Vers » qui racontait une histoire. J’ai pensé alors à ces combats qui ont pu continuer, dans certaines régions, bien que l’armistice ait été signé, le temps que l’infirmation arrive. Je suis vraiment content de ce texte ! (Je me rends compte avoir cette classique erreur de prendre l’armistice pour un nom féminin dans le texte de la vidéo… Disons que ça passera inaperçu !)

Les villages sont désossés et les visages sont désolés,
L’ennemi est nassé, la poche est enfin isolée,
Voilà des mois qu’ils ont débarqués, derrière les lignes, parachutés,
Les combats ont été marqués et l’ennemi tarde à chuter,
Il se terre, au milieu d’un enfer de terres minées,
Comment faire taire le fer d’un adversaire déterminé ?
Les regards sont usés, les fusils désabusés,
Les tirs d’obusiers ont fusé, pour traquer une proie rusée,
L’ordre de monter au front, la nasse de l’US Army s’tisse,
Combien tomberont, quand vient d’être signé l’armistice ?


Pour retrouver mes « Fais Dix Vers » du lundi au vendredi, ça se passe sur instagram, donc n’hésitez pas à m’y suivre ! Vous pourrez m’y proposer vos thèmes !

Je suis toujours autant preneur de retours sur ce projet, donc n’hésitez pas à m’en faire en commentaires ! Passez toutes et tous un très bon week-end !


Merci de ta lecture!

Ce blog est un blog de travail, fais moi tes retours en commentaire.
Si toi aussi Fais Dix Vers, ça te fait penser à Faits Divers, abonne-toi!
Si tu as aimé ta lecture et ton écoute, partage ces textes à tes proches, ta famille ou ton entourage.


TU PEUX M’AIDER À VIVRE DE MA PASSION ET DE MON TRAVAIL EN ME SOUTENANT SUR TIPEEE!

Merci à Etienne, Thomas, Nicole et Mathilde de m’y soutenir !


Tu peux aussi me laisser dans les commentaires :
Des idées de thèmes, des mots à placer, des défis…

Retrouve moi sur :
Twitter (j’ai commencé à y poster des choses!)
Facebook (J’y poste des choses tant que ça existe!)

Instagram (J’y poste du contenu intéressant maintenant !)
Laclac, mon blog de cuisine (Ca c’est si t’aimes bien la cuisine!)
Ou encore l’instagram de Laclac (Là aussi vaut mieux que t’aimes bien la cuisine!)

Fais Dix Vers

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :