Les Rathures #1 : ces mots qui ne riment pas!

Bonjour à toi ! Avec ce texte, j’inaugure les « Rathures », des textes expérimentaux mais pas complètement aboutis !
Pour celui-ci, l’idée était d’écrire un poème construit autour des dix mots (selon internet) qui ne riment pas en français : Belge, Goinfre, Larve, Meurtre, Monstre, Pauvre, Quatorze, Quinze, Simple, Triomphe.
Chaque strophe devait être construite autour d’un de ces mots et l’ensemble devait raconter une histoire cohérente. Et interdiction d’utiliser un dico des rimes ou de trouver des solutions sur internet, bien sûr !
Résultat, quelques strophes bancales, mais j’arrive à y voir un sens. J’te laisse te faire ton avis !

Dans ma cave, j’bave, j’larve
J’me navre face aux épaves qui pavent mon havre en varve
A bout d’bras, m’bat jusqu’au bar d’l’Algarve,
A boire jusqu’à l’état d’cadavre.

J’me rince sur l’zinc des sinc’,
M’esquinte les méninges au quinze,
En pinte l’vin m’requinque,
Dans l’coin, y’a qu’un mannequin.

Une belle, j’l’asperge de ma grimberg’,
Rebelle, j’bégaye mon solfège et mon algèbre,
A Bruges, j’abrège, elle est de Gand, Belge,
J’quitte l’auberge en son cortège, j’gamberge.

Cadeau de quatorze et quatre roses,
Dans sa case, sort un vase qu’j’arrose,
On cause, l’catho à tort, d’accord,
L’occase, pour nos corps qu’on tord,

On flirt, j’heurte l’meuble des fleurs,
J’demeure pleutre, l’heure d’leur meurtre,
Sans humeur, elle m’tend mon feutre,
Fin d’nos mœurs, j’meurs de sa clameur :

« T’as monté notre rencontre, monstre !
J’me rends compte de ton âme sombre ! »
Mon stress monte, pris à l’hameçon,
Ma montre lancé à mon encontre.

Pauvre, j’cause d’une voix d’guimauve ;
« Pause », j’repose le pot chauve,
Et d’un saut d’fauve, j’me sauve de l’alcôve,
Sous alcool, sans faute, m’vautre !

Des s’maines, sans plus, j’la supplie,
En plein spleen dans une classe pleine,
Elle sort souple, des limbes, simple,
Moi, l’simplet, à la sainte, plais.

Dans l’amphi, j’triomphe, façon amphitryon.

La nymphe m’rejoint,
Moi l’goinfre sagouin,
Conjoints, groin contre groin,
M’grogne tout un foin.

Nous nous étrillons, fin.


Merci de ta lecture!

Ce blog est un blog de travail, n’hésite pas à me faire tes retours en commentaire.
Si toi aussi tu as déjà fait des rimes en vain, abonne-toi!
Si tu as aimé ta lecture, partage ce texte à tes proches, ta famille ou poètes approximatifs de ton entourage!

Tu peux m’aider à vivre de ma passion et de mon travail en me soutenant sur Tipeee!

Tu peux aussi me laisser dans les commentaires :
Des idées de thèmes, des mots à placer, des défis…

Retrouve moi sur :
Twitter (j’ai commencé à y poster des choses!)
Facebook (J’y poste des choses tant que ça existe!)
Mon blog de cuisine (Ca c’est si t’aimes bien la cuisine!)
Ou encore instagram (Là aussi vaut mieux que t’aimes bien la cuisine!)

A la semaine prochaine! Ou un peu avant!

Poésie Rathures Rimes

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :