Feu d’artifice

Un poème de circonstance en ce 14 juillet.

Des étincelles pour tromper la nuit,
Hé, éteins celles pour tromper l’ennui,
Songer à faire partie des étoiles,
Rongé par ce que tu mets sur la toile.

Sage comme une image, toujours filtrée,
Perfection, tu effaces les vils traits,
Chacun des clichés est un autoportrait,
Comète d’un univers égocentré.

On s’met en scène, tous acteurs, c’est le bouquet,
En acte, claque du fric pour des frocs craqués,
Des clics, du clinquant, garder les regards braqués.

Alors, retiens ceci, quand tu seras parti, fils,
Dans ce rêve se trouve le véritable vice,
Cette vie ne sera jamais qu’un feu d’artifices.


Merci de votre lecture!

Ce blog est un blog de travail, n’hésitez pas à me faire vos retours en commentaire.
Si vous aussi vous avez vu un feu d’artifice, abonnez-vous!
Si vous avez aimé votre lecture, partagez ce texte à vos proches, votre famille ou aux artificiers de votre entourage.

Poésie Rimes

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :