La Fuite

Entendre la foule, ses rumeurs de cour,
Ses murmures, ses non-dits et ses présages,
Suspendre la houle, elle grogne sur la plage,
Ses armures, ses édits et ses recours.

Traverser la ville, en suivre le parcours,
Au loin, la tribune est son visage,
Traverser la vie, n’être que de passage,
Au moins, l’âme libre est son secours.

Oser le désordre, loin de leurs consignes,
Apprécier le vide, l’étoffe du zéro,
Quand l’infini se dresse, prendre le huit.

S’échapper du cadre, suivre les lignes,
En être le reflet, l’autre héraut,
Quand l’échafaud se dresse, prendre la fuite.


Merci de votre lecture!
Trouvez-vous qu’une explication de texte est nécessaire?

Ce blog est un blog de travail, n’hésitez pas à me faire vos retours en commentaires.
Abonnez-vous pour ne pas louper mes prochains poèmes!
Si vous aussi vous voulez faire fuiter ce texte, partagez-le à vos proches ou sur les réseaux sociaux.

Poésie Rimes

6 commentaires Laisser un commentaire

  1. J’aime particulièrement l’usage des mots à double sens :
    – consignes
    – cadre
    – lignes
    – fuite
    ça me fait penser à une grille de mots fléchés (ou croisés)

    Par contre, j’aurais apprécié plus de régularité au niveau métrique, attendu que cela reste un élément important de la cadence, de l’articulation mélodique des vers.
    Ou alors, ça participe d’une volonté de rajeunir (moderniser) les poèmes à forme fixe ?

    Bien cordialement.

    Aimé par 1 personne

    • Merci beaucoup Yánnučój pour ce commentaire très enrichissant!

      Je suis entièrement d’accord avec vous, mon sonnet souffre d’arythmie. Je me suis concentré sur le fond plus que sur la forme. En le déclamant, je butais bien sur la mélodie du texte, mais je ne trouvais pas de tournure qui me convenait dans le temps imparti. J’aurais préféré dire que c’était là une volonté de moderniser la poésie classique!

      Je tâcherai de me consacrer un peu plus à la rythmique de mon prochain poème. C’est un bel axe de travail.

      Au plaisir!

      Aimé par 1 personne

      • Malgré tout, j’ai observé une très belle qualité de ton, aussi bien que la justesse de la trame, c’est un poème soigné.

        « Hâtez-vous lentement, et sans perdre courage,
        Vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage,
        Polissez-le sans cesse, et le repolissez,
        Ajoutez quelquefois, et souvent effacez. »

        Nicolas Boileau dans « L’Art poétique » a tout dit en disant cela.

        Aimé par 2 personnes

  2. Difficile de « s’échapper du cadre » tout en « suivant les lignes »… par contre, savoir lire entre ces lignes, et fuir en avant, c’est tout un art… de vivre !
    Je suis curieuse de lire l’épopée d’Élise à l’Élysée… je devrai juste prendre le temps de m’arrêter, car lire sur son vélo en portant un sac à dos, c’est pas évident.
    Bonne journée,
    f.

    Aimé par 1 personne

Répondre à yannucoj Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :